Des bambous dans la surface de réparation

Des bambous dans la surface de réparation
de Rowan Simons
Éditions Intervalles, 2012
  • icone_edito

    Relecture, corrections & révision de traduction

Quand il arrive en Chine en 1986, Rowan Simons cherche à intégrer une équipe de football amateur avant de se rendre compte qu’il n’en existe aucune dans ce pays où toute réunion de plus de 10 personnes est encore considérée comme… une manifestation !

Profitant de sa position de présentateur à la télévision chinoise, Rowan Simons essaye alors de montrer autre chose au public chinois que le glamour et les paillettes de la Premier League britannique, à savoir l’esprit profondément amateur à l’origine de ce sport. Sans grand succès d’abord, car en Chine la pratique du football n’est envisagée que verticalement, à travers des directives du parti et des unités d’élite censées porter l’équipe nationale au niveau des nations européennes et sud-américaines.

En réaction à cette méthode vouée à l’échec, au bout de quelques années, parallèlement aux résultats désastreux de l’équipe nationale chinoise et persuadé que la culture du football doit se construire de la base vers le sommet plutôt qu’en sens inverse, Rowan Simons commence par construire un terrain, des vestiaires, avant de fonder le premier club de foot amateur en République Populaire de Chine.

Des bambous dans la surface de réparation retrace l’odyssée jubilatoire d’un homme qui, en hommage à tous les grands pionniers de ce sport aujourd’hui le plus populaire au monde, a tenté de rattraper le temps perdu dans un pays qui, bien qu’ayant inventé ce sport, semblait avoir jusque-là oublié de le populariser.

Ce livre est surtout un portrait désopilant des milieux du sport et de l’audiovisuel en Chine, et un salutaire rappel du lien consubstantiel et entre la pratique du football amateur et la compétition de haut niveau, tel qu’établi en lettres d’or par toutes les instances internationales de ce sport.