California Dreaming

California Dreaming
de Naomi Harris & Yann Perreau
Éditions Intervalles, 2011
128 pages – 23 x 17,5 cm – couverture cartonnée – reliée – pelliculage brillant
  • icone_edito

    Création graphique

  • icone_edito

    Exécution graphique

Conception graphique de la couverture et de la maquette intérieure – Mise en pages

Dans la Déclaration d’indépendance américaine de 1776, la « poursuite du bonheur » figure parmi les droits inaliénables de l’Homme, à côté de la liberté et de l’égalité. Ainsi est né l’American dream, l’idée selon laquelle « n’importe quelle personne vivant aux États-Unis, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère » et qui demeure l’un des principaux moteurs du courant migratoire vers les États-Unis.

Le rêve californien… c’est le bout du rêve américain. « Des États d’Amérique, la Californie est, peut-être, le plus ‘‘américain’’ de tous », explique l’historien Kevin Starr. Au-delà de ses richesses naturelles, de ses grandes villes ou de son industrie, la Californie est surtout l’État le plus multiculturel du pays. « L’ADN de l’État, c’est sa diversité ethnique », résume Starr.

Naomi Harris, figure de proue de la nouvelle génération de photographes nord-américains et Yann Perreau, journaliste, écrivain et critique d’art, sont allés à la rencontre d’une trentaine de Californiens qui leur ont raconté leur expérience du rêve américain. Si différents et pourtant mus par la même envie d’entamer une nouvelle existence. Chacun d’entre eux a, un jour, quitté sa patrie, laissé un pan de sa vie derrière lui pour prendre un nouveau départ. Une galerie de portraits dans laquelle se côtoient une drag queen née aux Philippines, un couple de rescapés de la Shoah, le chirurgien esthétique du tout Hollywood né dans une favela, le maire juif iranien de Beverly Hills, la doublure abdominale de Sylvester Stallone, un graphiste oscarisé devenu surfeur à plein temps, un travailleur social défendant les sans-papiers, etc.